Indian Palace / The Best Exotic Marigold Hotel by John Madden

 

Indian Palace est un film comme il y en a peu. Un film sans violence ni jeunisme, un film qui sourit, un film qui nous parle de l’Inde, de l’amour, de la vie et…de la vieillesse! Ce n’est pas par hasard si cette bande de seniors britanniques se rend dans un soi-disant palace hotel de Jaipur pour quitter un peu leurs soucis financiers, leurs bleus à l’âme et une société occidentale qui n’a de cesse de les considérer comme une race à part, une communauté d’agaçantes créatures qui n’ont jamais été jeunes, qui n’ont jamais travaillé ni payé d’impôts et qui prennent un malin plaisir à aller faire leurs courses au Tesco du coin le samedi, à l’heure ou les honnêtes trentenaires et les respectables quadras viennent remplir leur caddie.

Malgré l’évolution rapide des moeurs, les Indiens ont pour tradition de garder les ancêtres auprès d’eux, à la maison. Les vieux sont dignes de respect; on doit leur être reconnaissants car ce sont eux qui se sont occupés des enfants et des parents, ils sont passés par toutes les étapes de l’existence, ils ont acquis expérience et sagesse et méritent enfin de se reposer. La fin de vie n’est pas une dégradation mais un devoir accompli. En opposition à cet arrivage occidental tristounet, la jeunesse sautillante du jeune propriétaire du Marigold Hotel est incarnée par l’inévitable Dev Patel, inoubliable Slumdog Millionnaire, et un peu moins inoubliable Prince Zuko dans The Last Airbender. « Vous voulez un indien dans un film? Appelez Dev Patel! », me suis-je dit, moqueuse. Mais le jeune acteur m’a séduite; son humour et son énergie, son accent indien impeccable et son langage fleuri contrastaient agréablement avec la flegme des vieux British pourtant animés eux aussi par leur quête personnelle. Bien sûr, jeunes comme vieux, chacun va apprendre une nouvelle leçon sur lui-même; car il n’est jamais trop tard pour changer, pour changer sa vie, jamais trop tard pour réaliser ses rêves, jamais trop tard pour aimer, et bientôt la solitude des retraîtés ira rejoindre l’énergie virvoltante du garçon en quête d’un avenir pour conclure sous le soleil de Jaipur, qu’on a toujours besoin d’un plus âgé que soi…

Categories: Cinema | Leave a comment

Post navigation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: